Protect low-income seniors cut off from GIS

Media Release (La version française suit l’anglais.)


MP Paul Manly calls for immediate action to protect low-income seniors cut off from Guaranteed Income Supplement


July 29, 2021

NANAIMO - This week, some low-income Canadian seniors are facing a financial crisis they didn't see coming. They've been abruptly cut off from the federal Guaranteed Income Supplement (GIS) program due to a recent decision by the Canada Revenue Agency, and MP Paul Manly (Nanaimo-Ladysmith) is sounding the alarm.


“The CRA made a decision to include CERB income in the 2020 GIS benefits eligibility calculation,” said Manly. “This means that low-income seniors who received the CERB are now facing serious financial peril. Seniors who receive the GIS live on very tight budgets. The loss of $500-$900 a month is huge for them. It can be the difference between being able to afford groceries or going hungry. It can be the difference between being able to afford their prescriptions or ending up in the hospital with complications from not taking their medications. It can be the difference between being able to pay rent or losing their homes. I'm particularly concerned about people losing their homes. What will happen to them when there is such an acute lack of affordable housing in our communities?"


Low-income seniors who lost work during the pandemic became eligible for the CERB. That extra income pushed some of them over the GIS eligibility threshold, which is $18,984 for an individual, and up to $45,504 for couples.


“The income from the CERB helped eligible seniors through the pandemic, but in most cases that money has been spent,” he added. “While the CRA’s decision may align with government policy, it fails to account for the costly ramifications of forcing low-income seniors into greater poverty. The pandemic put many added stresses on seniors, and at the same time deprived many of them of the support networks they rely on for assistance with financial decision-making. I don’t believe that any senior receiving the GIS supplement would have knowingly risked being cut off from that lifeline. I don’t believe that the people affected by this understood how receiving the CERB might impact them so negatively later on.”


“Seniors in my riding received letters this week informing them that their GIS payments have been cut,” said Manly. “I am calling on the government to take urgent and immediate action to protect vulnerable seniors who are in this situation.”


“This situation exposes the obvious shortcomings of Canada’s patchwork of benefit programs. People fall through the cracks, and their lives are very negatively impacted. Even before the pandemic, my caucus colleagues and I advocated for a guaranteed livable income. It’s needed now more than ever.”



Communiqué de presse


Le député Paul Manly demande une action immédiate pour protéger les aînés à faible revenu privés du Supplément de revenu garanti


28 juillet 2021

NANAIMO (C.-B.) — Au Canada cette semaine, des personnes âgées à faible revenu se sont retrouvées face à une crise financière qu’elles n’ont pas vue venir. À la suite d’une décision récente de l’Agence du revenu du Canada (ARC), elles ont brusquement été privées du programme fédéral de Supplément de revenu garanti (SRG), et le député fédéral Paul Manly (Nanaimo-Ladysmith) tire la sonnette d’alarme.


« L’ARC a pris la décision d’inclure le revenu de la PCU dans le calcul de l’admissibilité aux prestations du SRG de 2020 », explique M. Manly. « Dès lors, les aînés à faible revenu qui avaient reçu la PCU faisaient face à de graves ennuis financiers. Il faut comprendre que les aînés qui reçoivent le SRG vivent avec un budget très serré. La perte de 500 $ à 900 $ par mois est énorme pour ces personnes. Cela peut faire la différence entre pouvoir faire l’épicerie ou avoir faim. Ou encore, pouvoir se payer leurs ordonnances ou se retrouver à l’hôpital avec des complications faute d’avoir pris leurs médicaments. Ou même entre payer son loyer ou devoir quitter sa maison. Je m’inquiète vraiment que des gens perdent leur maison. Que leur arrivera-t-il dans le contexte du manque de logements abordables qui sévit dans nos communautés? »


Les personnes âgées à faible revenu qui ont perdu leur travail en raison de la pandémie sont devenues admissibles à la PCU. Ce revenu supplémentaire a fait que certaines d’entre elles ont dépassé le seuil d’admissibilité au SRG, qui est de 18 984 $ pour une personne et de 45 504 $ pour un couple.


« La PCU a aidé les aînés admissibles à traverser la pandémie, mais, dans la plupart des cas, cet argent a été dépensé, ajoute-t-il. C’est un fait que la décision de l’ARC suit la politique du gouvernement, mais elle ne tient pas compte des conséquences coûteuses de l’aggravation de la pauvreté chez les personnes âgées à faible revenu. La pandémie leur a imposé de nombreuses contraintes en plus de les priver, dans bien des cas, d’un réseau de soutien vers lequel elles se seraient normalement tournées pour prendre des décisions financières. Je ne peux pas croire qu’une personne âgée qui reçoit le supplément du SRG aurait délibérément pris le risque d’être privée de cette bouée de sauvetage. Je ne peux pas croire non plus que ces personnes aient compris que le fait de recevoir la PCU pourrait ensuite leur causer autant de difficultés.


» Cette semaine, des aînés de ma circonscription ont reçu une lettre les informant que leur prestation du SRG avait été réduite. Je demande au gouvernement de prendre des mesures urgentes et immédiates pour protéger les aînés vulnérables qui se trouvent dans cette situation.


» Surtout qu’une telle situation met en évidence les lacunes évidentes du programme de prestations morcelé adopté par le Canada. Les gens passent à travers les mailles du filet et leur vie s'en ressent. Même avant la pandémie, mes collègues du caucus et moi-même avons plaidé en faveur d’un revenu de subsistance garanti. La nécessité d’un tel programme est plus évidente que jamais auparavant. »